Abbas: "Nous refusons le rôle de médiateur des Etats-Unis dans les négociations"

Le président palestinien Mahmoud Abbas a fait savoir que les négociations pourraient inclure quatre ou plus de pays comme dans le cas de l’accord avec l’Iran

Abbas: "Nous refusons le rôle de médiateur des Etats-Unis dans les négociations"

Le président russe Vladimir Poutine a discuté lundi avec son homologue américain Donald Trump du règlement du conflit israélo-palestinien, ont rapporté les médias russes. 

Poutine a déclaré avoir eu une conversation téléphonique avec Trump pour discuter du règlement du conflit israélo-palestinien, avant une rencontre avec le président palestinien Mahmoud Abbas dans la capitale Moscou, selon la chaîne " Russia Today " (privé). 

"Je viens de parler au téléphone avec le président américain Donald Trump et bien sûr nous avons parlé du règlement du conflit israélo-palestinien, et je voudrais vous transmettre ses meilleurs voeux ".

Le président palestinien est arrivé à Moscou dimanche soir pour discuter "du règlement au Moyen-Orient, et examiner les questions de la coopération bilatérale russo-palestinienne dans divers domaines". 

La rencontre de Poutine avec Abbas a en effet été transférée à Moscou à la suite de l'accident d'un avion russe et la mort de ses 71 passagers, dimanche, après son décollage de l'un des aéroports moscovites 

Au cours de cette rencontre, Abbas a dit refuser le rôle de médiateur des Etats-Unis dans les négociations au Moyen-Orient. 

Le président palestinien Mahmoud Abbas a fait savoir que les négociations pourraient inclure quatre ou plus de pays comme dans le cas de l’accord avec l’Iran.

« Au point où nous sommes en raison des actions américaines, nous refusons de coopérer sur le statut de médiateur de ce pays. En cas de réunion internationale, nous voulons que les Etats-Unis ne soient pas le seul médiateur mais l’un des médiateurs » a-t-il poursuivi.

Les négociations entre Israéliens et Palestiniens sont au point mort depuis avril 2014. Israël avait alors refusé d'arrêter la colonisation et d'accepter la solution à deux Etats sur la base des frontières de 1967. Les autorités israéliennes s’opposent également à la libération des détenus palestiniens.

Le 6 décembre dernier, le président américain Donald Trump, avait annoncé reconnaitre Jérusalem comme capitale d’Israël et ordonner d’y transférer l’ambassade américaine de Tel Aviv.

AA avec TRT



SUR LE MEME SUJET