L'opération aérienne des Etats-Unis en Syrie (étude)

Une analyse de Cemil Dogaç Ipek, chercheur en relations internationales à l’université Ataturk.

L'opération aérienne des Etats-Unis en Syrie (étude)

Il y a quelques jours, les Etats-Unis ont lancé une opération aérienne contre une base militaire du régime Assad à Homs. Nous allons aborder dans notre programme de cette semaine, l’opération des Etats-Unis et ses impacts dans la région.

          Les forces aériennes du régime Assad avaient perpétré une attaque chimique contre les civils dans la ville d’Idleb. Les Etats-Unis ont riposté en bombardant la base aérienne utilisée par le régime lors de  cette attaque. La base aérienne Shayrat à Homs, a été touchée par 59 missiles Tomahawk Land. Selon la déclaration du département de la Défense des Etats-Unis, les forces américaines ont lancé des missiles de croisières vers 04H45 (heure locale) contre une base aérienne de l’aviation syrienne, suivant les instructions du président des Etats-Unis, Donald Trump.

          Comme nous nous en rappellerons, durant le mandat d’Obama les Etats-Unis avaient annoncé que l’usage d’armes chimiques représentait leur ligne rouge. Malgré cela et bien que le régime Assad ait utilisé des armes chimiques à maintes reprises, les Etats-Unis y avaient fermé les yeux. Cette opération aérienne effectuée lors du mandat de Trump, montre la différence d’administration de Trump comparé à Obama. Toutefois, nous ne savons pas si cela va continuer.

          La première question qui nous interpelle à la suite de ce développement, est la suivante : ‘Est-ce que les Etats-Unis ont changé leur politique vis-à-vis de la Syrie ?’. Dans leurs précédentes déclarations les autorités américaines avaient indiqué que leur priorité n’était pas le départ d’Assad. Au terme de ces attaques, ces déclarations ont laissé leur place à la suivante : ‘Aucune solution politique ne peut être discutée sans le départ d’Assad’. L’ambassadeur des Etats-Unis à l’Onu, Nikki Haley qui a fait des déclarations à ce sujet, a affirmé que les Etats-Unis avaient trois priorités en Syrie. Le renversement d’Assad n’est pas la seule priorité. Le premier objectif est de vaincre Daesh. Deuxièmement, les Etats-Unis affirment qu’ils ne voient pas de Syrie en paix tant qu’Assad s’y trouve. Troisièmement, ils souhaitent mettre en dehors l’influence de l’Iran et affirment qu’ils chercheront une solution politique.

          La situation apparue en Syrie, s’est transformée en une grande menace pour les intérêts des Etats-Unis. Trump avait qualifié l’Iran de terroriste dès la prise de ses fonctions. Quant à l’Iran, elle est le pays qui profite le plus de la situation actuelle en Syrie. Nous pouvons dire que l’opération aérienne des Etats-Unis est autant un message au régime syrien qu’à l’Iran, le plus grand allié du régime. Néanmoins, si les Etats-Unis ne souhaitent pas que l’Iran hausse son influence dans la région, ils doivent empêcher que les groupes armés liés à l’Iran commettent des crimes contre l’humanité en Syrie.

          Ce genre d’opération ne doit pas être effectuée uniquement pour empêcher l’usage d’armes chimiques, mais également pour empêcher que le régime Assad commette d’autres massacres contre les civils. D’après ce que nous savons, il y a en Syrie 26 bases aériennes utilisées pour perpétrer des massacres contre les civils avec des armes conventionnelles. Une grande partie des civils morts depuis 2011 en Syrie, ont été tués avec des armes conventionnelles et non des armes chimiques.

          La Turquie souhaite que les forces aériennes syriennes qui sont la plus importante force d’Assad dans les attaques contre les opposants et les civils, soient détruites. La Turquie considère que la position limitée de la communauté internationale contre les attaques chimiques, est insuffisante. La Turquie invite la communauté internationale à être plus sensible concernant la question et l’appelle à faire ce qu’incombe le droit international.

          Dans le processus à venir, à moyen terme, les Etats-Unis ne devraient pas changer radicalement de politique en Syrie. Mais, il y aura certains changements. Des mesures supplémentaires limitant certaines activités du régime Assad, pourraient être prises. Les Etats-Unis pourraient hausser leur soutien aux opposants modérés tels que l’ASL (Armée syrienne libre), Ils peuvent entreprendre des démarches diplomatiques qui mettraient en difficulté le régime Assad.

          D’après ce que l’on comprend des premières déclarations des autorités américaines, le principal but de cette opération est de riposter contre les attaques chimiques du régime Assad. La Russie et l’Iran ont condamné les tirs de missiles à la suite de l’opération des Etats-Unis. Quant à l’Angleterre, la France, la Turquie, l’Arabie Saoudite et Israël, ils ont salué l’opération. A ce niveau, les autorités turques dont le chef d’Etat Erdogan en tête, ont exprimé leur soutien aux Etats-Unis. De toute façon, depuis le début de la crise syrienne, la Turquie a adopté une position claire contre le régime Assad, et avait immédiatement demandé qu’Assad soit éloigné du gouvernement. L’opération même si limitée, ordonnée par Trump et visant directement le régime Assad, est perçue en Turquie comme le signe d’un changement de position des Etats-Unis. La Turquie considère que cette opération est insuffisante et souhaite la poursuite des opérations.

          Ces développements constitueront de nouvelles opportunités et menaces pour la Turquie. La Turquie a développé sa propre politique et lancé l’opération Bouclier de l’Euphrate en Syrie à cause de l’inaction des Etats-Unis et de la communauté internationale. Quel que soit la tournure que prendront les développements dans le processus à venir,  la Turquie tentera de prendre sous garantie sa propre sécurité sans faire de choix entre les Etats-Unis et la Russie en Syrie.



SUR LE MEME SUJET