Le PYD, branche syrienne de l'organisation terroriste PKK, est désormais le Daesh des Kurdes

Le PYD cherche non seulement à provoquer une guerre entre les Kurdes mais aussi entre les Kurdes et les Arabes sunnites, soutient Abdulhamid Temo, membre de la Coalition syrienne des Forces opposantes et Révolutionnaires (SMDK)

Le PYD, branche syrienne de l'organisation terroriste PKK, est désormais le Daesh des Kurdes

Le PYD, branche syrienne de l'organisation terroriste PKK, est devenu le "Daesh des Kurdes", soutient Abdulhamid Temo, membre de la Coalition syrienne des Forces opposantes et Révolutionnaires (SMDK).

Egalement membre du Congrès national kurde (ENKS) et responsable des affaires extérieures du Parti de l'Avenir (Shepela Pesheroje), Temo a accordé une interview à l'Agence Anadolu à propos des négociations de Genève, des attaques des forces du régime à Alep, et des récents événements à Kamisli.

Temo a estimé que l'exhibition des dépouilles des opposants à Afrin, traînées derrière un camion par des éléments de l'organisation terroriste PYD dans le centre de la ville, n'est pas différente que ce que fait Daesh.

«En réalité, le PYD fait des choses très mauvaises, à présent. La guerre peut éclater partout dans le monde, mais elle a ses lois. Exhiber les dépouilles est très incorrect. Cela aura des impacts importants sur les Kurdes et les Arabes. Le but du régime syrien et des Russes est de provoquer une guerre ethnique entre Kurdes et Arabes, sunnites surtout. Et le PYD veut servir cet objectif. Honnêtement, ce que fait le PYD n'est pas différent de ce que fait Daesh. Le PYD est devenu le Daesh des Kurdes», a-t-il déclaré.

Selon Temo, le PYD cherche non seulement une guerre entre les Kurdes mais aussi entre les Kurdes et les Arabes sunnites. 

«Tous les groupes sont gênés par les derniers actes du PYD. Je cite PYD mais on sait bien que j'évoque le PKK en réalité. C'est le mont Kandil [quartier général du PKK] qui décide de tous ces actes. Il a adopté la politique menée par l'axe Iran-Russie qui soutient le président syrien Bachar al-Assad», a-t-il poursuivi.

Pour Temo, les affrontements qui ont eu lieu, la semaine dernière à Kamisli, entre les forces du régime et les militants du PYD ne sont pas plus qu'une mise en scène. 

Il a ajouté que le PYD a empêché que les blessés ne soient évacués vers la région autonome kurde de l'Irak du Nord et a fait diffuser, en même temps, dans la presse, que l'Irak du Nord «avait fermé sa frontière pour empêcher l'entrée [aux blessés].»AA 



SUR LE MEME SUJET