Le président Macron adresse une lettre écrite aux Français

Le président français Emmanuel Macron a adressé, dimanche soir, à ses compatriotes une lettre écrite pour délimiter les contours du grand débat, dont le lancement est prévu pour le 15 janvier courant

Le président Macron adresse une lettre écrite aux Français

Le président français Emmanuel Macron a adressé, dimanche soir, à ses compatriotes une lettre écrite pour délimiter les contours du grand débat, dont le lancement est prévu pour le 15 janvier courant. 

Un document de 5 pages que le président a envoyé aux médias français et qu’ils ont mis en ligne intégralement. 

La lettre aux Français du président français Emmanuel Macron, qui comprend des éléments de réflexion et beaucoup d’interrogations, a été publiée pour apaiser les tensions sociales qui secouent le pays depuis le début de la révolte des « gilets jaunes ». 

« Comment pourrait-on rendre notre fiscalité plus juste et plus efficace ? Quels impôts faut-il à vos yeux baisser en priorité ? » a-t-il notamment demandé dans son courrier. 

La lettre du président Macron était annoncée pour lundi, mais c’est finalement dimanche soir qu’elle a été diffusée dans la presse française en ligne. 

Il explique vouloir « transformer (...) les colères en solutions » grâce au grand débat national qui débutera mardi dans tout le pays. 

« La France est, de toutes les nations, une des plus fraternelles et des plus égalitaires » affirme-t-il avant de rappeler que c’est une des nations les « plus libres, puisque chacun est protégé dans ses droits et dans sa liberté d'opinion, de conscience, de croyance ou de philosophie». 

C’est toutefois bien la fiscalité qui occupe une place importante dans son écrit aux citoyens français. 

« Faut-il supprimer certains services publics qui seraient dépassés ou trop chers par rapport à leur utilité ? A l’inverse, voyez-vous des besoins nouveaux de services publics et comment les financer ? » s’interroge le chef de l’Etat. 

Il souligne que « l'impôt (...) permet de régler les intérêts de la dette très importante que notre pays a contractée au fil du temps ». 

Si la suppression de l’Impots sur la fortune (ISF) lui a beaucoup été reprochée par les Français notamment depuis le début du mouvement des « gilets jaunes », le chef de l’Etat balaie définitivement l’hypothèse de le réinstaurer. 

« Nous ne reviendrons pas sur les mesures que nous avons prises pour corriger cela afin d'encourager l'investissement et faire que le travail paie davantage. Elles viennent d'être votées et commencent à peine à livrer leurs effets », tranche-t-il. 

Il poursuit : « Comment voudriez-vous que l'Etat soit organisé et comment peut-il améliorer son action ? Faut-il revoir le fonctionnement de l'administration et comment ? » 

Le coût de la vie des Français est au cœur des revendications des gilets jaunes qui reprochent au président un matraquage fiscal et un manque de justice sociale. 

A ce sujet, Emmanuel Macron leur demande « Quelles sont les solutions pour se déplacer, se loger, se chauffer, se nourrir qui doivent être conçues plutôt au niveau local que national ? Quelles propositions concrètes feriez-vous pour accélérer notre transition environnementale ? » 

Il est par ailleurs revenu sur des questions inhérentes à la citoyenneté en questionnant : « Faut-il reconnaître le vote blanc ? Faut-il rendre le vote obligatoire ? » ou encore en demandant : « Faut-il associer davantage et directement des citoyens non élus, par exemple tirés au sort, à la décision publique ? Faut-il accroître le recours aux référendums et qui doit en avoir l'initiative ? » 

C’est donc une lettre très vaste et avec un contenu très dense qui a été adressé aux Français. Au-delà des thèmes prévus dans le débat, le chef de l’Etat a terminé son courrier en abordant le thème de l’immigration et celui de la laïcité. 

Il reprend, en matière d’immigration, une proposition qui faisait partie du programme du candidat de droite François Fillon a l’élection présidentielle. 

« En matière d'immigration, une fois nos obligations d'asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement ? » interroge-t-il avant de se demander « Comment renforcer les principes de la laïcité française, dans le rapport entre l'Etat et les religions de notre pays ? » 

Ce courrier doit être publié lundi matin dans tous les journaux en kiosque à la veille de l’ouverture du grand débat national qui permettra à tous les Français de s’exprimer sur les thèmes qui leurs paraissent importants. 

Cette démarche intervient en réaction au mouvement des gilets jaunes qui est mobilisé dans le pays depuis le 17 novembre pour réclamer des mesures en faveur du pouvoir d’achat. 

 

 

 

 

 

AA



SUR LE MEME SUJET