Islam de l'Europe?

Etude du Prof. Dr. Kudret Bulbul, doyen de la Faculté des Sciences politiques de l’université Yildirim Beyazit d’Ankara.

Islam de l'Europe?

L’islam européen est au cœur des débats depuis quelques temps en Europe. Les parties de cette question, qui concerne davantage les musulmans, sont les Etats européens, les institutions de sécurité, les académiciens et écrivains occidentaux.

Ce débat est pertinent au fond. Les individus de différentes identité, culture, religion et langue cohabitent de plus en plus avec la globalisation. Le vivre-ensemble est bien connu par des pays comme l’Empire ottoman mais c’est un nouveau phénomène pour l’Occident. Dans les siècles précédents, la relation des pays occidentaux avec les différentes cultures et religions intervenait uniquement entre colonisateurs et colonisés, mais c’est avec la migration des habitants de ces pays que l’Occident a été confronté aux différences. Cette période étant celle de l’Etat-nation moderne, centralisé et moniste, la cohabitation des différences est devenue encore plus complexe.

Une culture européenne compatible avec l’islam

Les Etats, les institutions, les intellectuels doivent évidemment s’intéresser à ces questions, au vu des conséquences que peut avoir une plus grande cohabitation des personnes issues de différentes histoires, religions et cultures.

L’islam européen ne concerne pas réellement les différentes pratiques islamiques provenant des régions non-européennes, mais l’émergence de pratiques européennes compatibles avec l’islam ; cette situation est compréhensible. Si le message de l’islam européen consiste à mettre l’accent sur l’aspect local dans la langue, la culture et la méthode, l’islam englobe déjà cet aspect en son sein. Dans ce contexte, l’interprétation et les pratiques de l’islam en Turquie ont certaines nuances par rapport à celles de l’Extrême-Orient, des Balkans ou du Moyen-Orient, bien que l’essence demeure identique. Dans ce cadre, il est absolument compréhensible que les musulmans européens mettent en avant une culture, une approche et un mode de vie européens compatibles avec l’islam, à condition de rester fidèle à l’islam, et pas les pratiques et l’interprétation de l’islam compatibles avec leur pays de provenance. Il faut avoir conscience que tout comme la perpétuation telle quelle de la vie quotidienne, des pratiques, des éléments culturels et folkloriques, ainsi que de l’approche artistique et littéraire d’Afrique, du Moyen-Orient ou d’Extrême-Orient ne serait pas appréciée en Turquie ou dans un autre pays, une telle situation ne serait pas non plus appréciée en Europe. Ce n’est pas parce que ces éléments culturels sont faux qu’une telle situation ne serait pas appréciée, mais parce qu’il faut avoir conscience que chaque société a ses propres éléments culturels compatibles avec sa région. Les individus peuvent bien évidemment tenter de perpétuer leur propre culture dans une société ouverte et civilisée, en dehors de cette culture commune qui sera appropriée à un certain degré dans le cadre de la région dans laquelle elle se trouve.

Une culture européenne compatible avec l’islam est une situation qui doit être évaluée du point de vue de l’Europe et pas seulement des immigrés qui vivent en Europe. Lorsque nous parlons d’une culture européenne compatible à l’islam, nous parlons de la nécessité d’exclure des éléments tels que le racisme, le fascisme et le nazisme qui sont dans les gènes culturels de l’Europe.

L’islam européen est aussi mis en évidence pour exprimer que les personnes arrivées en Europe ne possèdent pas les valeurs universelles comme l’égalité, la liberté, les droits de l’homme, le pluralisme et le vivre-ensemble avec les différences. Pourtant, les Européens se sont éloignés de ces valeurs. Une approche qui ne considère pas les migrants comme des êtres humains, la montée de l’islamophobie et de l’hostilité envers les migrants sont les premières choses qui nous viennent à l’esprit. La peur des différences, et le rejet des collègues ou voisins qui sont différents sont en hausse dans les sondages.

Une approche de l’islam européen sécuritaire et pas libérale

Le débat de l’islam européen, à la lumière de ce qui est écrit à ce sujet et des pratiques des Etats occidentaux, ne semble pas être un débat civil, culturel ou basé sur les valeurs. Les Etats européens abordent plutôt l’aspect sécuritaire de ce débat. C’est pour cela que ces travaux sont généralement menés par les services de renseignement ou les institutions de sécurité, dans le cadre de la sécurité, et pas de la culture, de la cohabitation, du pluralisme ou de la différence.

S’il y a un problème de sécurité, ils prendront sans aucun doute leurs mesures sécuritaires. C’est indiscutable. Mais une approche uniquement basée sur la sécurité à des problèmes d’ordre civil, social, culturel et politique qui concernent des millions de personnes ne fera que les approfondir. Il est absolument compréhensible et nécessaire que les Etats forment des conseils pour ces nouvelles situations auxquelles ils ne sont pas habitués. Cependant, ces efforts doivent avoir l’objectif de comprendre et pas d’opprimer, de changer ou de condamner. Par conséquent, les Etats européens devraient encourager à ce que les musulmans constituent ces conseils, comme les conseils islamiques, au lieu de désigner des personnes qui n’ont aucun lien avec l’islam dans la majeure partie des cas. Ces travaux doivent être menés non par des établissements en lien avec la sécurité ou les renseignements, mais par des organismes plus civils.

Ce qui incombe aux musulmans…

Dans le contexte de l’islam européen, ce n’est pas éthique d’indiquer que les musulmans font ce qui leur incombe et de critiquer uniquement les pays concernés. De nos jours, si les musulmans qui vivent en Occident rencontrent des problèmes concernant leur participation à la vie éducative, économique, politique, intellectuelle et académique, si leur taux de criminalité est élevé, si leur culture du travail n’est pas suffisante, les musulmans et leurs organisations ont alors d’importantes responsabilités à accomplir à ce sujet.

En effet, il faut mettre l’accent sur les problèmes de représentation et d’expression des musulmans dans les pays en question.

Ils devraient collaborer plus étroitement avec les responsables du pays en question, tisser des liens plus ouverts et plus directs avec eux et mener des travaux dans l’objectif de dissiper le climat de peur.

Que peut apporter l’islam qui a perdu son caractère social ?

Ce que certains milieux déterminés tentent d’atteindre avec l’islam européen est la volonté d’un islam épuré de toutes les valeurs ayant trait à la société, à la famille et à l’être humain. Pourtant, les familles décomposées, les enfants abandonnés à leur sort, les relations incestueuses, l’homosexualité et la drogue sont bien plus répandus en Europe qu’ailleurs. L’Europe traverse littéralement une période de turbulence dans laquelle tout se perd rapidement sur le plan humain et des valeurs sociales, et les relations légitimes et normales ne suffisent plus aux individus en raison du haut niveau de satisfaction économique. Les valeurs islamiques sont peut-être la dernière chance. Par conséquent, un islam ayant perdu ses valeurs concernant la société, la famille et l’être humain ne ferait qu’accélérer l’effondrement de l’Europe.

Les Chrétiens et les Juifs devraient aussi soutenir les Musulmans

Nous avons observé dans les périodes similaires traversées par le judaïsme et le christianisme qu’un tel islam n’apporterait rien. Je pense que les chrétiens et les juifs sont eux aussi dérangés par une telle érosion des valeurs sociales, de l’effondrement moral et de l’égoïsme extrême. Mais aussi les laïques qui sont dérangés par la suppression totale des valeurs humaines. Les chrétiens et les juifs devraient eux aussi réagir à la suppression de ces valeurs, qui leur sont aussi fondamentales.

Les musulmans européens doivent maîtriser leur propre agenda

Au-delà de tout cela, les musulmans doivent maîtriser leur propre agenda, que ce soit en Afrique, en Amérique, en Chine, en Inde, au Moyen-Orient ou en Europe. Comment ? Nous en discuterons la semaine prochaine.


Mots-clés: islam en europe , islam

SUR LE MEME SUJET