• VIDEOS

France: Nouvelle baisse record de la popularité de Macron

Un nouveau sondage, Yougov, établit la popularité de Macron à 23% et celle de son Premier ministre Edouard Philippe à 24%

France: Nouvelle baisse record de la popularité de Macron

Un nouveau sondage confirmant la chute de popularité du président français Emmanuel Macron à son niveau le plus bas depuis son élection a été rendu public, jeudi, par les médias français.

Le nouveau sondage, réalisé par Yougov, établit à 23% la proportion des Français satisfaits de leur président, alors qu'une précédente enquête Ifop-Fiducial tablait sur un taux de 31%, mardi 4 septembre.

Selon Yougov, Macron a entraîné avec lui dans sa chute son Premier ministre Edouard Philippe, dont la popularité est tombée à 24%.

« Selon YouGov, le président de la République perd 4 points d'opinions favorables sur son action à 23% par rapport au mois précédent, son (..), une tendance qui s'observe auprès de toutes les franges de l'opinion, selon l'enquête de YouGov réalisée pour le Huffington Post et CNews », a ainsi rapporté « Ouest France », jeudi.

Selon les différents sondages, la popularité du président français n’a cessé de baisser depuis son élection en mai 2017. Il perdait déjà 10 points au cours des 4 premiers mois de son mandat, 46% en septembre 2017.

D’après les analyses des médias français, plusieurs raisons sont à l’origine de cette baisse de popularité, dont notamment l’affaire « Benalla » en juillet dernier, la démission du ministre de la Transition écologie, la semaine dernière, et les réformes économiques et sociales qu’il a engagées.

Macron n’a pas réagi à cette baisse, mais il a laissé constater que son action continue. Il a en effet, entrepris un léger remaniement ministériel, mardi, touchant le ministère des Sports et celui de la Transition écologique. Il tenu son premier conseil des ministres de la rentrée, mercredi. Et il a promulgué, le jour même, la très controversée loi « Travail : liberté du choix de son avenir professionnel».

« Le semestre qui s’ouvre ne sera pas plus tranquille ni plus oisif que celui qui précède, avec du sens à donner, avec des transformations concrètes à conduire », a-t-il laissé entendre à l’ouverture du Conseil des ministres du mercredi devant les médias. 

 

 

AA



SUR LE MEME SUJET