L'objectif de création de l'Otan et les débats sur son existence

L’OTAN, l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord, est une organisation créée à la suite de la Seconde Guerre mondiale contre l’expansionnisme communiste de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS)

L'objectif de création de l'Otan et les débats sur son existence

L’OTAN, l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord, est une organisation créée à la suite de la Seconde Guerre mondiale contre l’expansionnisme communiste de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS). C’est une union constituée le 4 avril 1949 par le rassemblement d’Etats occidentaux comme les Etats-Unis, l’Angleterre, la Belgique, la France, les Pays-Bas, l’Italie, l’Islande, le Danemark, le Luxembourg, la Norvège, le Portugal et le Canada, en vue de prendre des mesures contre les dangers que peuvent entrainer les politiques expansionnistes de l’URSS. La Turquie a rejoint cette organisation en 1952. L’objectif principal de l’OTAN est d’assurer la défense militaire des pays membres contre des menaces extérieures et permettre une coopération politique et économique.

L’OTAN qui a été fondée dans cet objectif, a commencé à faire l’objet de débats après l’effondrement total en 1991 du Bloc de l’Est. La légitimité et l’existence de l’alliance suscitaient des débats. Mais quelques mois avant cette date, l’occupation du Koweït par l’Irak et la nouvelle vague terroriste ont été des motifs suffisants pour justifier « la nécessité de l’OTAN ».

A la même époque, une organisation armée illégale de l’OTAN a vu le jour en Italie. Le Premier ministre italien Giulio Androtti a officiellement avoué le 24 octobre 1990, la présence dans son pays de Gladio.

Les missions officielles annoncées de ces unités qui s’organisent comme les « Forces spéciales » sont ; d’arrêter l’ennemi par des méthodes de guerres asymétriques en cas d’occupation d’un pays de l’Europe de l’ouest ou de l’OTAN par le Bloc de l’Est, faire perdre du temps aux forces ennemies, leur porter des coups, obtenir des renseignements, saboter les éléments de communication et de logistique ou bien détruire les cibles d’importance stratégique.  

L’organisation appelée « Gladio » qui signifie « glaive » en latin, a été fondée en 1952 par le Stay Behind qui est une organisation anglo-américaine de contreguérilla. L’organisation gérée et financée par la CIA s’est organisée en 1956 de façon à mener une guerre d’espionnage et de guérilla en collaboration avec les Etats-Unis.

A la suite des débats sur le Gladio, des assertions ont apparu dans tous les pays de l’OTAN sur l’application de méthodes de guerre asymétrique par l’OTAN dans tous les Etats membres. L’alliance a de nouveau été l’objet de débats lorsque des traces semblables ont été retrouvées dans plusieurs pays.

Il est intéressant que la guerre civile en Yougoslavie ait éclaté au moment où la légitimité de l’OTAN était débattue. Cette guerre civile qui fut très atroce prit plus tard la tournure d’un génocide. L’OTAN est soudainement devenue l’espoir de ceux qui voulaient la fin de ce massacre.

Les débats sur l’OTAN sont devenus inefficaces à la suite de l’occupation de l’Irak et de l’Afghanistan.

Pendant que les activités illégales de l’OTAN avaient tendance à tomber dans l’oubli, l’organisation terroriste guléniste (FETO) qui est un réseau international d’espionnage et de trahison, a mené une tentative sanglante de coup d’Etat en Turquie.

Le peuple turc s’est déversé dans les rues à l’appel de son leader et président de la République Recep Tayyip Erdogan et il a réussi à repousser le coup d’Etat. Plusieurs officiers gradés impliqués dans la tentative de coup d’Etat ont fui dans les pays de l’OTAN. Tous les officiers de l’OTAN appartenant à l’organisation terroriste guléniste (FETO) se sont réfugiés dans les pays membre de cette alliance. 

D’ailleurs la grande partie des officiers ont continué leur fonction à l’OTAN bien qu’ils aient été expulsés des Forces armées turques.

Certains individus dont les activités terroristes ont été découvertes par la police turque, ont participé à diverses activités de l’OTAN. Pire encore, la quasi-totalité de ces individus suspectés de terrorisme étaient des salariés officiels de l’OTAN. Tout comme les officiers et le personnel de l’OTAN qui ont récemment montré les images du fondateur de la République de Turquie Mustafa Kemal Ataturk et du président de la République Recep Tayyip Erdogan comme des cibles ennemies.

Il est surprenant que l’OTAN et les alliés du Bloc occidental de l’OTAN n’aient pas soutenu le peuple turc pendant la tentative sanglante de coup d’Etat du 15 juillet 2016, menée par l’organisation terroriste guléniste FETO. Ce qui est encore plus étonnant, c’est que l’OTAN et les amis occidentaux qui sont des alliés de la Turquie, aient grand ouvert les portes aux terroristes putschistes.

Jetons un coup d’œil à quelques événements qui ont mis en évidence les relations de l’OTAN avec FETO après la tentative sanglante que cette dernière a menée le 15 juillet 2016.

  1. L’Agence norvégienne de l’immigration a approuvé les demandes d’asile de quatre officiers turcs de l’OTAN et un attaché militaire qui ont demandé l’asile à la Norvège après la tentative de coup d’Etat du 15 juillet.
  2. Le capitaine et expert fugitif Ahmet Erdogan qui a approuvé « l’authenticité » de faux documents que l’organisation terroriste guléniste (FETO) a publiés pour évacuer les gens, réside toujours dans un logement militaire britannique en Angleterre à l’adresse :15, Nicolson close Innsworth GL31DN Gloucester.
  3. Le général de division Zeki Mustafa Ugurlu impliqué dans la tentative de coup d’Etat du 15 juillet et travaillant au Commandement allié Transformation aux Etats-Unis, se trouvait dans cette même base de l’OTAN après la tentative de coup d’Etat. Une fois ses fonctions d’amiral apprises à l’OTAN après son expulsion de l’armée turque, il s’est rapidement réfugié aux Etats-Unis.
  4. Hayrettin Bahşi, ancien directeur de l’Institut de cybersécurité de la TUBITAK, un suspect de FETO et expert des procès « d’intrigue » menés par des procureurs de FETO contre l’armée turque, s’était vu attribuer une mission dans l’exercice de Cybersécurité qui allait rassembler les pays de l’OTAN en Estonie.
  5. Cinq officiers gradés qui ont été expulsés après le 15 juillet, avaient été retrouvés dans des quartiers de l’OTAN et SHAPE en Belgique. Peu de temps plus tard, la Belgique a approuvé leur demande d’asile.  
  6. Emre Celik, un membre de FETO et président du Forum Rumi, a été admis par Daneil Pipes, président du Forum Middle East, à la réunion de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN tenue il y a quelques mois aux Etats-Unis, alors qu’il n’avait pas été invité. L’OTAN a été indifférente. Quand la délégation turque a remarqué la situation et quitté la réunion, les responsables d’autres pays ont fait de même.

Malgré toutes ces preuves, cette alliance ne va-t-elle pas être questionnée par ses membres ?


Mots-clés: Otan

SUR LE MEME SUJET