France: démantèlement d'une filière arménienne de faux boxeurs mais vrais clandestins

Ils se faisaient photographier en boxeurs, obtenaient un visa Schengen pour participer à des compétitions de boxe thaïe en Europe, puis disparaissaient dans la nature...

France: démantèlement d'une filière arménienne de faux boxeurs mais vrais clandestins

Ils se faisaient photographier en boxeurs, obtenaient un visa Schengen pour participer à des compétitions de boxe thaïe en Europe, puis disparaissaient dans la nature: une trentaine d'adolescents arméniens ont bénéficié depuis 2014 d'une filière d'immigration clandestine qui les faisait passer pour des boxeurs, a révélé la justice française.

Elle a été démantelée "à l'occasion de la tenue des championnats d'Europe de boxe thaïlandaise (muay thai) à Paris cette semaine", a expliqué dans un communiqué le parquet de la Juridiction inter-régionale spécialisée de Nancy (Est de la France).

Un ressortissant arménien, un homme se présentant comme accompagnateur d'athlètes pratiquant la boxe thaïe, a été interpellé en flagrant délit à Paris, puis mis en examen et écroué, car il est considéré comme le "principal passeur", a-t-on précisé de même source.

"Les mineurs, présentés comme de jeunes champions de boxe thaïlandaise, obtenaient grâce aux dirigeants d'un club sportif arménien des visas d'entrée dans l'Union européenne, délivrés pour participer à des compétitions européennes", selon le parquet.

"Le dossier d'obtention du visa, vendu plusieurs milliers d'euros à la famille du candidat à l'émigration, était constitué à partir de faux diplômes sportifs et de fausses attestations de médailles", et même de photographies où les faux boxeurs, âgés de 15 à 17 ans, posaient en tenue de combat, médailles autour du cou.

"Une fois leur visa obtenu, les mineurs étaient accompagnés par des entraîneurs adultes dans l'Union européenne, sans jamais se présenter à la compétition de boxe", résume encore le parquet.

C'est la police aux frontières (PAF) de Strasbourg (est) qui a entamé cette enquête, après s'être aperçue que plusieurs adolescents arméniens sollicitant une prise en charge, en tant que "mineurs non accompagnés", auprès de certains conseils départementaux, étaient arrivés en Europe sous couvert de boxe thaïe.

La France n'est pas le seul pays européen concerné par ce dossier: certains des quelque 30 adolescents concernés ont gagné d'autres pays de la zone Schengen, notamment l'Allemagne, l'Espagne ou la Suisse.

Contactés par l'AFP, les organisateurs des championnats d'Europe de boxe thaïe - qui ont lieu cette semaine à Paris - ont indiqué ne pas être au courant de cette affaire. "Nous n'avions qu'un seul Arménien junior inscrit au programme, mais il n'a pas obtenu son visa", a dit une porte-parole.

 

 

 

 

 

 

 

 

AFP



SUR LE MEME SUJET