Marché de l'armement en Afrique : la France "se frotte les mains"

La France a livré pour 1,6 milliard $ d’armes à l’Afrique en 2016

Marché de l'armement en Afrique : la France "se frotte les mains"

Le marché de l'armement en Afrique fait le bonheur de la France : d'après le site sud-africain DefenceWeb, l'Hexagone a signé pour l'année 2016 des contrats de centaines de millions de dollars avec les pays africains, dont beaucoup sont en proie à des conflits armés.

La France a signé en 2016 pour 1,166 milliard d'euros de contrats d’armement avec l’Afrique qui a représenté 22,4% des livraisons d’armement de la France dans le monde, d'après le sit sud-africain, qui s'appuie sur un rapport du ministère français des Armées (2017).

 

- Livraisons d’armements de la France à l’Afrique en 2016

L’Egypte se taille la part du lion avec 1,3 milliard d’importations, un montant qui s'explique par la livraison des deux porte-hélicoptères Mistral, initialement commandés par la Russie à l'Egypte pour un montant de 950 millions d'euros.

L'Egypte est suivie du Maroc (127 millions d'euros), de l’Algérie (107 millions d'euros), du Sénégal (30 millions d'euros), du Cameroun (16 millions d'euros), du Botswana (8,5 millions d'euros), de l' Afrique du Sud (8,3 millions d'euros), du Mali (6 millions d'euros) du Gabon (6 millions d'euros), du Togo (3 millions d'euros) et de la Tunisie (1 million d'euros).

- Commandes d’armement de l’Afrique à la France en 2016

Encore une fois, l'Égypte est à la tête du classement avec des commandes d'une hauteur de 623 millions d'euros en 2016.

L'Afrique du Nord a commandé quant à elle, des équipements d'une valeur de 170,4 millions d'euros, contre 111,8 millions d'euros en 2015, poursuit DefenceWeb.

Le Maroc a ainsi commandé des équipements d'une valeur de 89,9 millions d'euros, l'Algérie pour 63,7 millions d'euros et la Tunisie pour 16,7 millions d'euros, détaille le site.

 

L'Afrique subsaharienne n'est pas en reste puisqu'elle a commandé pour 379,9 millions d'euros d'équipements militaires à l'Hexagone. Une hausse importante en comparaison à 2015 où elle avait acheté pour 89,6 millions d'euros de matériel.

Le Botswana a été le plus grand client, révèle le rapport, puisqu'il a acheté pour 304,2 millions d'euros des systèmes de défense aérienne (missiles Mistral et VL-Mica).

Le Nigeria arrive en deuxième position (27,6 millions d'euros), suivi par l'Afrique du Sud (20,6 millions d'euros), le Cameroun (8 millions d'euros), l'Ouganda (5,2 millions d'euros), la Somalie (4 millions d'euros) et l'Éthiopie (3,6 millions d'euros).

- Les armes qui intéressent les africains

Certains pays africains se distinguent par leur achats frénétiques de frégates, sous-marins, et autres hélicoptères de combats.

Les pays qui sont dans une logique de guerre, comme le Cameroun et le Nigéria qui luttent depuis quelques années contre le groupe armé Boko Haram, préfèrent pour leurs part les armes légères, les appareils d'aviation militaire et quelques drones de combat, révèle un rapport de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri) dans une étude faite sur la période 2011-2015.

- La vente d'armes, un secteur florissant pour la France

Dans son ouvrage "Marchands d'armes, enquête sur un business français" (Editions Tallandier), le journaliste indépendant Romain Mielcarek, a enquêté sur le rôle de la France dans l'industrie de l'armement.

Avec 6% des ventes, la France est le quatrième marchand d’armes du monde. Et 3 % de ce business est réalisé en Afrique, quand 54 % se fait au Proche-Orient et au Moyen-Orient, indique le journaliste qui rappelle qu'avec près de 160 mille salariés, ce secteur est stratégique pour l’économie française.

Le journaliste revient sur les interventions de la France dans le monde et rappelle que les 4 mille militaires français sont actuellement déployés dans le Sahel, devenu l’un des terrains privilégiés de l’armée française pour y tester ses armes. Il souligne aussi le fait que naissent souvent des "liaisons dangereuses" avec "des pays peu recommandables".

La France "vendeuse d'armes" trempe aussi dans de nombreux scandales, comme celui de l’Angolagate (vente d’armes à l’Angola pendant la guerre civile), qui a éclaté en 1999, rappelle l'auteur.

Des scandales qui entachent d'ailleurs régulièrement la réputation de l'Hexagone comme l'a récemment révélé la revue française “XXI” qui a consacré un dossier sur les “crimes” commis par la France en Afrique.

 

Le journaliste Patrick de Saint-Exupéry y accuse notamment Hubert Védrine, ex-ministre des Affaires étrangères de Lionel Jospin, secrétaire général de l’Elysée auprès du président François Mitterrand au moment du génocide au Rwanda en 1994.

Saint-Exupéry qui a mené une longue enquête, et récolté de nombreux témoignages, accuse Védrine d’avoir signé un ordre qui autorisait le réarmement des Hutus -responsables de la mort de près d'un million de Tutsi-, alors que le pays était soumis à un embargo de l’ONU sur les armes.

Des propos démentis "en bloc" par Védrine qui estime dans un communiqué que ces "allégations et accusations sont fondées sur des spéculations".

Quoiqu'il en soit, le marché de l'armement ne connaîtra pas la crise dans les années à venir, estiment les observateurs, rappelant que de nombreux pays africains vivent actuellement sous la menace de nombreux groupes armés en tout genre, aussi bien Boko Haram au Lac Tchad, que les groupes armés qui ne cessent d'attaquer populations et forces de l'ordre en RD Congo, au Mali et dans les pays du Lac Tchad entre autres (Cameroun, Nigéria, Tchad, Niger).

AA



SUR LE MEME SUJET