La stratégie mondiale changeante de l'Angleterre et la Turquie

Analyse sur les relations entre la Turquie et l'Angleterre

La stratégie mondiale changeante de l'Angleterre et la Turquie

La Première ministre britannique Theresa May a réalisé d’abord une visite aux Etats-Unis puis en Turquie vers la fin du mois de janvier 2017. Ces visites donnent des indices quant à la nouvelle stratégie que projette l’Angleterre au terme de Brexit (Sortie de l’Angleterre de l’Union européenne). Un accord s’élevant à environ 125 millions de dollar a été signé avec l’entreprise britannique de défense et d’aéronautique pour la construction d’avion de chasse turque, lors de la visite en Turquie de May. Les autorités turques mais également les autorités britanniques ont affirmé au terme de cette signature, que cet accord est une démarche importante dans le domaine de la défense entre les deux pays. Par ailleurs, elles ont précisé que cet accord allait entrouvrir une porte pour le développement des relations commerciales et stratégiques turco-britanniques. La commission des relations extérieures de la chambre basse du parlement britannique, a également publié la semaine précédente, un rapport compréhensif sur l’importance de la Turquie et des relations bilatérales en développement avec ce pays. Cet élan en hausse dans les relations entre les deux pays, a été confirmé il y a quelques jours à Antalya, avec les déclarations du ministre d’Etat britannique Alan Duncan et du chef de la diplomatie anglaise Boris Johnson, lors d’un forum turco-britannique de dialogue (Türk-İngiliz Tatlıdil Forumu).

            Il n’y a aucun doute que dans la stratégie internationale britannique, les Etats-Unis sont des partenaires irremplaçables et très importants pour l’Angleterre. Les relations oncle-cousin ou John Bull – Oncle Sam, continuent d’exister des deux côtés de l’Atlantique. De son côté, la Turquie est le pays le plus important avec lequel l’Angleterre peut coopérer dans la politique régionale et en particulier au Moyen Orient. Les efforts de rapprochement de l’Angleterre à la Turquie, gagnent de l’importance dans plusieurs points :

1 -  En premier lieu, à la suite de sa décision de sortie de l’Union européenne, l’Angleterre est à la quête de nouveaux alliés et du développement de nouvelles stratégies en vue de compenser le vide et l’exclusion politique, économique et stratégique auxquels elle sera confrontée en Europe  au terme du Brexit. Dans ce contexte, la Première ministre May ainsi que les ministres britanniques ont exprimé leur objectif de renforcer les relations entre la Turquie et le Royaume Uni.

2 – Le Moyen Orient vient en tête des régions géographiques où se focalise la stratégie traditionnelle britannique. La raison de cette situation repose sur le passé colonial britannique mais également sur les sources d’énergie que possèdent ces régions.

3 – L’Angleterre qui est le cerveau de la stratégie traditionnelle occidentale et de l’Alliance atlantique, ne mise jamais sur le maillon faible en matière de politique extérieure. Ces efforts de rapprochement avec la Turquie ne découlent pas uniquement de la position géopolitique de la Turquie mais également sur le fait qu’elle considère la Turquie comme un pays puissant.

4 – Il n’y a aucun doute que l’une des principales raisons pour laquelle l’Angleterre souhaite se rapprocher de la Turquie, est la question chypriote et la présence de bases militaires britanniques sur l’île. Il est important de prendre sous garantie la sécurité de ces bases militaires.

            La superficie des bases militaires britanniques d’Akratori à l’ouest et de Dikelya à l’est de l’île de Chypre, équivalent à près de 3% de l’île. Bien que la superficie géographique de ces bases militaires soient petites (soit 3 % de la superficie de l’île), elles sont d’une extrême importance fonctionnelle pour l’Angleterre. D’abord ces bases ont fondamentalement une mission de détermination et d’application des politiques et stratégies de l’Angleterre, en générale pour l’Alliance atlantique et en particulier pour l’Angleterre. Ces bases militaires qui se trouvent sur l’île au niveau de l’accès aux sources énergétiques dans la région englobant tout le Moyen Orient où se regroupent les 70 % des sources mondiales d’énergie, ont une importance stratégique et politique pour le contrôle et la sécurité du commerce britannique en Méditerranée. D’autre part, toutes sortes d’activités, telles que les activités d’écoute, de contrôle, de poursuite et d’autres activités militaires, sont dirigées depuis ces régions en question.

            Lorsque nous regardons la position de l’Angleterre à la question chypriote, nous constatons qu’elle change suivant les conditions politiques et la conjoncture stratégique de l’époque. Le Royaume Uni a adopté une approche pro-turque à la question chypriote jusqu’aux années 1960. Par contre, à partir de cette date, Londres a commencé à se tenir proche d’Athènes que ce soit à cause de l’approche pro-grecque adoptée par les Etats-Unis que par crainte concernant la protection de ces bases militaires dans la région grecque. Cette situation a causé la détérioration des relations Turco-américano-britanniques.

            Néanmoins, l’Angleterre a toujours soutenu Ankara concernant l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. Le Royaume Uni a souhaité équilibrer la balance Franco-allemande avec la Turquie. Londres n’a jamais voulu que le caractère supranational de l’Union européenne domine sa structure nationale, et a été en faveur d’une formation politique plus légère. C’est la raison pour laquelle, l’Angleterre n’a jamais adhéré à l’Union monétaire. L’autre raison historique pour laquelle l’Union européenne s’est comportée de manière lente avec la Turquie, est qu’elle ne souhaitait que l’emprise atlantique de la Turquie ne hausse.

            En conclusion, le développement des relations turco-britanniques, est au profit des deux pays, à condition que la Turquie soit puissante. Au sein des pays européens, l’Angleterre est le pays qui saura le mieux estimé l’acquis historique entre les deux pays ainsi que l’importance géopolitique et la force politique et stratégique de la Turquie. L’Angleterre vient également en tête des pays avec lesquels la Turquie peut coopérer dans le cadre de sa politique et de ses intérêts nationaux. Car comparé aux autres pays, c’est un pays raisonnable et prévisible pour la coopération. Et cela repose sur des raisons historiques, politiques et psychologiques. Ce sujet qui est très long et profond, sera traité le temps venu.



SUR LE MEME SUJET