Le D-8 représente aujourd'hui un potentiel économique de 3,7 trillions de dollars

Le D-8, dont le but est de développer les coopérations économiques et sociales et de favoriser le développement des pays membres, regroupe la Turquie, l’Iran, le Pakistan, le Bangladesh, la Malaisie, l’Indonésie, l’Egypte et le Nigéria

Le D-8 représente aujourd'hui un potentiel économique de 3,7 trillions de dollars

L’Organisation de la Coopération Economique D-8 (pays en développement), qui fête ce jeudi son 20ème anniversaire, représente aujourd’hui un potentiel économique de 3,7 trillions de dollars américains.

Le D-8, créé le 15 juin 1997 à l’initiative du Premier ministre turc de l’époque, le défunt Necmettin Erbakan, regroupe la Turquie, l’Iran, le Pakistan, le Bangladesh, la Malaisie, l’Indonésie, l’Egypte et le Nigéria.

Le siège du D-8 est basé à Istanbul en Turquie.

L’organisation, dont le but est de développer les coopérations économiques et sociales et de favoriser le développement des pays membres, rassemble les huit principaux pays producteurs du monde musulman.

La Turquie et l’Indonésie font d’ailleurs partie du G20 regroupant les 20 plus grandes économies du monde.

Du point de vue potentiel économique, les pays du D-8 représentaient en 2015 une puissance économique cumulée de 3,7 trillons de dollars et une population totale de 1,1 milliards d’individus.

A la même période, le volume des exportations de ces pays représentait 693 milliards de dollars.

Le volume global de leurs échanges commerciaux était de 16,4 trillions de dollars, soit 4% du commerce mondial total.

A la création du D-8, le PIB par habitant des citoyens des huit pays membres représentait en moyenne 2 207 dollars, en 2016 il est passé à 4 645 dollars par an par habitant.

Depuis sa création il y a 20 ans, le D-8 s’est réuni huit fois en sommet, 37 fois en réunions de commissions et 16 fois en réunions du conseil.

Le 9ème Sommet des Leaders du D-8 se tiendra en Turquie.

L’Agence Anadolu a rencontré le Secrétaire Général du D-8, Seyid Ali Muhammed Musavi.

Musavi a d’abord rappelé les objectifs de l’organisation avant de revenir sur les attentes pour les années futures.

"A la création du D-8, le volume des échanges commerciaux entre les pays membres représentait 20 milliards de dollars, aujourd’hui il est de 120 milliards de dollars. Il avait même atteint 150 milliards mais les problèmes survenus dans la région ont fait reculer les échanges. Notre objectif est d’atteindre 500 milliards de dollars à la fin de l’année 2018", a-t-il indiqué.

Musavi a expliqué que les dix premières années de l’organisation ont permis de mettre en place les mécanismes politiques de coordination entre les pays membres.

Le secrétariat du D-8 a été mis en place en 2009.

Selon lui, les tensions et crises qui subsistent dans la région du Moyen-Orient et les sanctions imposées à l’Iran ont eu des conséquences négatives sur l’organisation.

"Pour renforcer notre coopération, les pays membres, mais en particulier la Turquie, doivent redoubler d’efforts. Je demande au Président Recep Tayyip Erdogan de définir la date et le lieu pour l’organisation de notre 9ème sommet des leaders. Normalement, il aurait dû se tenir en 2014, mais pour plusieurs raisons, il a été reporté. Nous remercions le gouvernement et le peuple turcs pour leur soutien», a-t-il poursuivi.

Pour Musavi, l’avenir du D-8 est prometteur : "Je constate que les leaders des pays membres gardent la même volonté de renforcer notre organisation", a-t-il affirmé.

"Afin de renforcer nos coopérations, nous devons mettre en place un mécanisme commun de financement des projets. J’espère que les leaders décideront de créer un tel mécanisme lors du prochain sommet", a-t-il conclu.

 

AA


Mots-clés: Turquie , économie , D-8

SUR LE MEME SUJET