Le 11 février dans l'histoire

Le 11 février 1650, le célèbre mathématicien, scientifique et philosophe français René Descartes est mort.

Le 11 février dans l'histoire

 

Le 11 février 1650, le célèbre mathématicien, scientifique et philosophe français René Descartes est mort. Descartes a jeté les fondements de son système de pensée avec les cours de philosophie et de mathématiques qu’il a reçus à sa jeunesse par les Jésuites. Après 16 ans de voyage, il s’est installé aux Pays-Bas, le pays ayant à cette époque la plus grande liberté d’expression. Il a publié ses œuvres « Discours de la méthode » en 1637, puis « Méditations » en 1641. Il a résumé sa philosophie par l’expression « Je pense donc je suis ». Il est tombé malade et a perdu la vie en raison des rudes conditions hivernales à Stockholm où il s’était rendu sur l’invitation de la reine Christine de Suède.

L’inventeur britannique Robert Fulton a reçu le brevet du premier bateau à vapeur le 11 février 1809. S’intéressant premièrement à la peinture dans sa jeunesse, il se dirige par la suite vers l’ingénierie. Il s’est doté des brevets du moulin pour scier le marbre et d’une machine pour filer le chanvre et faire des cordages, puis s’est rendu à Paris en 1797. Ici, il a travaillé sur le projet de bateau à vapeur sur lequel il s’est penché longuement. Il a mis à l’eau son premier bateau en 1803. Toutefois ce bateau n’a pas suscité l’intérêt du gouvernement français. Il est parti pour les Etats-Unis quelques années plus tard et a testé son bateau. Celui-ci était le premier bateau à naviguer sans voile ni rame, attirant de ce fait l’attention du gouvernement américain. En 1815, il a fabriqué le premier navire de guerre à vapeur sur la demande du gouvernement américain.

Le 11 février 1965, le journal Yeni Adana a reçu le Prix mondial de réussite de la presse. Nous sommes en 1918, la Première Guerre mondiale a pris fin, l’Empire ottoman a perdu la guerre et ses terres ont été partagées conformément aux accords effectués. La ville d’Adana, au sud de la Turquie, et ses environs ont été occupés par les Français. Cinq jours seulement après cette occupation, un journal visant à raviver l’esprit de défense des terres de la patrie, commence à être publié : le journal Adana. Évidemment, il attire les foudres des Français et est fermé après la publication de son 3e numéro.  Les propriétaires de ce journal qui rejetaient totalement l’occupation française, Ahmet Remzi Bey et Mehmet Avni Dogan, un officier originaire de Yozgat, ont publié 5 jours plus tard le journal Yeni Adana (La Nouvelle Adana). Un mandat d’arrêt a été émis à leur encontre et leur imprimerie a été fermée. Cependant, ils ont fui vers d’autres villes avec leurs machines et ont commencé à publier leur journal depuis ces villes. Le journal Yeni Adana faisait part des évènements vécu en Anatolie lors de la Guerre pour l’Indépendance.

En 1965, ce journal a reçu le Prix mondial de réussite de la presse attribué aux journaux publiés en dehors des Etats-Unis et du Canada. C’est le premier et le seul journal turc à recevoir ce prix.

Le 11 février 2006, les archéologues allemands découvrent à Gobekli Tepe des gravures qui ne sont autres que la forme primaire de l’écriture utilisée aujourd’hui. Les recherches concernant Gobekli Tepe, le plus ancien site du monde situé près du village Orencik de Sanliurfa, se poursuivent encore aujourd’hui.

 



SUR LE MEME SUJET