Ortaköy: La perspective d’Istanbul l'Européenne et Istanbul l'Asiatique sous le pont du Bosphore

Une région privilégiée pour apprécier les mets stambouliotes, faire du shopping, et jouir de la vue du Bosphore, du pont suspendu et de la partie asiatique d’Istanbul.

Ortaköy: La perspective d’Istanbul l'Européenne et Istanbul l'Asiatique sous le pont du Bosphore

La ville d'Istanbul a de tout temps séduit ses visiteurs dans la mesure où elle lie les deux continents asiatique et européen, et constitue un passage entre les cultures.

C'est ainsi qu’elle a énormément impressionné les politiciens, les artistes et les amoureux vue sa position privilégiée, sa perspective sur les deux mers, l'existence d’un détroit et d’un golfe outre les lacs, les rivières et les îles.

Le détroit du Bosphore constitue le passage d’eau entre la Mer Noire et la Mer Marmara et sépare les deux continents européen et asiatique. Il représente une des parties les plus belles de la ville, voire du monde, eu égard à sa magnifique perspective et à sa position géographique d’une grande importance stratégique.

La région Ortaköy (c.a.d le village central), considérée comme l'oeil d'Istanbul sur le Bosphore, se situe dans la partie européenne de la ville mais ouvre sur le détroit et sur la partie asiatique, permettant ainsi de voir le pont suspendu d'Istanbul connu sous l'appellation "le pont des martyrs du 15 juillet". (Il s'appelait le pont du Bosphore avant la tentative avortée du coup d’Etat au milieu de juillet 2016).

La vue d’Ortaköy est synonyme d’une toile de beauté naturelle qui captive les coeurs des visiteurs, étrangers ou turcs, notamment au moment du crépuscule annonçant la tombée de la nuit et l'illumination de la partie asiatique et décorant ainsi le pont suspendu d’une parure de lumières qui subjuguent les esprits.

Les visiteurs et les touristes peuvent également apprécier la colline Tchamelja (ou "le tell des mariés "comme l’appellent les Arabes)et sa grande mosquée érigée sur la colline, comme il leur est permis de visiter la mosquée du Sultan Ahmed , le musée. Aya Sophiya, ainsi que les monuments les plus réputés d'Istanbul et dispersés dans les environs de cette zone.

La visite d’Ortaköy ne saurait s'achever sans avoir goûté aux mets dont se distingue la région où on découvre des dizaines de commerce vendant le délicieux " kompir" et les pâtisseries " wefel" Il ne passe pas un visiteur qui n’ait pas entre ses mains un de ces deux mets et qui ne s'installe pas pour voir le Bosphore où les vagues s'entrechoquent et où les navires, glissant sur ses eaux, et qui transportent les touristes dans le cadre de leurs excursions.

Le "kompir" est une énorme pomme de terre, rôtie au four, qu’on coupe au milieu qu’on mélange avec du beurre et du fromage avant de lui ajouter différentes sortes de salades fraîches, de légumes et de sauces.

Les gaufres "wefel" par contre, est une pâtisserie préparée dans un récipient spécial et sur laquelle on met différentes variétés de chocolat, des fruits, des confitures et souvent des crèmes glacées.

Le touriste saoudien Salah Abdelwahad, de la région de l’est, a indiqué que la région d’Ortaköy est distinguée, bénéficie de paysages naturels et se différencie par l'existence de restaurants et d’aires de repos très agréables donnant sur le Bosphore.

Il a précisé à Anadolu que l'ambiance de ces lieux permet la compagnie des familles qui peuvent s'asseoir de longues heures durant, ajoutant que s’il est certain que les sites d'Istanbul se complètent, il n’en demeure pas moins que chaque lieu est plus beau que l'autre et que sa famille a vivement apprécié cette ambiance conviviale de la ville.

S'agissant des mets dont s'enorgueillit Ortaköy, Salah a confié qu’il a goûté à la pomme de terre et l’a appréciée, conseillant à tout visiteur de cette région, surtout que de jour"Cette région est magnifique", a-t-il conclu.

Son concitoyen, Yahia El Khabrani, a, pour sa part, rappelé qu’il avait séjourné auparavant dans les quartiers "Sultan Ahmet" et "Takasim" mais sur conseils d’un de ses amis, il a visité Ortaköy.

Selon ses dires, dans cette région de rêve qui dépasse l'imagination, se multiplient les promenades sur le Bosphore et s'apprécient de délicieux plats pourtant nouveaux pour lui.

Cette région est pas la destination exclusive des Arabes car même les Turcs la visitent en vue de prendre des photos souvenirs, notamment les nouveaux mariés qui souhaitent éterniser ces moments historiques pour eux dans cette région de rêve.

Ces lieux sont également conquis par par les touristes étrangers en raison de l'existence d'excellents restaurants, outre la proximité des quartiers de luxe d'Istanbul.

Hesson Park, Sud coréenne, a confié que dans le cadre de son premier voyage en Turquie, elle a tenu à ce que la visite d’Ortaköy soit son premier acte à Istanbul.

Concernant le plat "koumpir", elle a confié que vue sa dimension, elle a préféré le partager avec son mari.

L'avocat jordanien Hassen Khalil El Kessouani, a déclaré, à son tour, que cette région est très belle grâce surtout au pont du Bosphore, à la circulation des bâtiments et aux forêts.

Tout en manifestant son admiration pour le tourisme en Turquie, il a précisé que cette région n’a pas son égale en beauté. Il a fait valoir que l'intérêt notable accordé au tourisme a été de nature à accroître le nombre des touristes, notamment arabes, dans cette région.

Au sujet de la vue générale qu’il a appréciée dans ces lieux, l’avocat a souligné que Ortaköy bénéficie de merveilleux paysages qui lui laissent la plus agréable des impressions, particulièrement les musées et les mosquées disséminées à travers la ville.

Il a ajouté que c’est la première fois qu’il visite Istanbul qu’il a aimée. Même s’il n’a pas encore goûté à la pomme de terre, il a pu se délecter toutefois avec d’autres mets tout autant délicieux ,"halal", et très proches des saveurs arabes.

Partageant ses vues avec son épouse, il a lancé un appel aux visiteurs de venir apprécier ces magnifiques lieux et de se rendre dans les différents quartiers d'Istanbul. AA



SUR LE MEME SUJET