"L’UE peut faire plier l'armée Birmane grâce à l’économie"

L’UE peut faire plier l'armée Birmane en ciblant les entreprises et en faisant, de la sorte, pression, afin que les coupables de génocide comparaissent devant la justice, a confié Kyaw Win, directeur exécutif du Burma Human Rights Network (BHRN)

"L’UE peut faire plier l'armée Birmane grâce à l’économie"

L’Union Européenne (UE) peut faire plier l'armée Birmane en ciblant les entreprises et en faisant, de la sorte, pression, afin que les coupables de génocide comparaissent devant la justice, a confié Kyaw Win, directeur exécutif du Burma Human Rights Network (BHRN). 

Win a fait part de ses observations lors d’une interview accordée à l’Agence Anadolu (AA) à l’issue de la rencontre des représentants de l’Union européenne (UE) et des Etats membres, qui s’est tenue dans la capitale belge, Bruxelles. 

A cette occasion, Win a souligné l’importance de la déclaration de la mission d'établissement des faits du Myanmar établie par les Nations Unies (ONU), selon laquelle l’armée Birmane a clairement commis un génocide. 

"L’armée du Myanmar ne cible pas seulement les musulmans de l’Arakan, mais aussi l’ethnie chrétienne Kachin, les Chans et d’autres minorités", a-t-il ajouté.

 

- Le génocide se poursuit

 

Attirant l’attention sur le caractère "urgent" de la situation au Myanmar, Win a indiqué que le génocide, loin d’être terminé, se poursuit toujours à l’heure actuelle. 

"Dans l’Etat de l’Arakan, 500 000 musulmans sont acculés. Ces gens font chaque jour face aux attaques", a-t-il poursuivi notant que le gouvernement Birman "tue petit à petit" ces personnes. 

En outre, le directeur du BHRN a confié que des milliers d’enfants se retrouvent face au risque de mourir en raison de malnutrition.

 

- « L’économie peut faire plier l’armée »

 

"Avant tout, l’UE doit renoncer aux initiatives symboliques", a affirmé Win, selon qui les pays membres de l’UE ne doivent pas se préoccuper de leurs seuls intérêts économiques. 

Ce dernier a rapporté que certains états membres ont tenté de vendre des armes à l’armée Birmane malgré l’embargo mis en place dans le commerce d’armes avec l’Etat Birman. 

Win a également expliqué que l’armée contrôle l’ensemble des activités économiques et industrielles du pays à travers les deux entreprises que sont "l’Union économique du Myanmar" et la "Holding de l’Union du Myanmar". C’est par l’intermédiaire de ces entreprises que des accords sont conclus avec la Russie et la Chine. 

Selon le directeur, l’UE peut cibler ces entreprises et faire en sorte que les auteurs des génocides comparaissent devant la justice. 

A ce titre, Win a fait savoir qu’ils ont demandé auprès de l’UE l’ouverture d’une enquête, au sujet de la situation au Myanmar, devant la Cour Pénale Internationale (CPI).

 

- La Turquie apporte sans cesse son aide

 

Un activiste qui a souhaité garder l’anonymat pour des raisons de sécurité a, quant à lui, mis en exergue les efforts mis en oeuvre par la Turquie pour les musulmans de l’Arakan. 

"L’Etat turc et son peuple encouragent, sans se lasser, les musulmans de l’Arakan", s’est exprimé l’activiste avant d’ajouter que l’Agence turque de coopération et de développement (TIKA) réalise des choses "extraordinaires" sans distinction de "race et de religion". 

L’activiste a souligné que la Turquie peut obtenir davantage de soutien politique en vertu du rôle "leader" qu’elle endosse au sein de l’Organisation de la coopération islamique (OCI). 

"La seule chose que nous souhaitons est la justice", a martelé l’activiste indiquant que les musulmans ne sont pas motivés par la « vengeance ».

"Nous souhaitons que les coupables soient punis et que nos droits nous soient rendus", a ajouté l’activiste emprisonné autrefois à deux reprises.

Enfin, ce dernier a affirmé que l’UE évite d’intervenir dans le pays sous prétexte de transition démocratique. 

"L’UE ne doit pas fermer les yeux sur les massacres collectifs sous prétexte de soutien au processus démocratique", a-t-il insisté indiquant que la communauté internationale se doit de faire pression sur l’armée Birmane.

AA



SUR LE MEME SUJET