• VIDEOS

Les musulmans d'Inde (étude)

Etude du Prof. Dr. Kudret Bulbul, doyen de la Faculté des Sciences politiques de l’université Yildirim Beyazit d’Ankara.

Les musulmans d'Inde (étude)

Les musulmans d'Inde (étude)

Dans son œuvre “La situation du postmodernisme”, le sociologue David Harvey explique l’époque dans laquelle nous vivons par le “rétrécissement du temps et du lieu”. Le processus de globalisation actuel peut rendre proche ce qui est lointain, et lointain ce qui est proche. Il peut nous faire oublier notre histoire et notre vécu communs.

Cette semaine, je souhaite vous parler des musulmans d’Inde. Du point de vue de notre perception sociale, l’Inde nous est aussi éloignée que le Mexique. Mais est-ce que cela a toujours été ainsi du point de vue historique ?

Le passé islamique oublié de l’Inde

Le sous-continent indien (Inde, Pakistan et Bangladesh) a connu l’Islam au temps d’Omar Ibn al-Kattab.

Mon invité du programme « Cesmi Cihan » de la radio de TRT « la Voix de la Turquie », le Dr. Omair Anas, directeur du Centre de recherches Masreq à New Delhi, a souligné que l’islam est arrivé en Inde par trois voies.

La première est celle des commerçants musulmans, notamment indonésiens. Les commerçants musulmans qui menaient à bien leur travail et qui inspiraient confiance dans le commerce, ont été influents dans l’expansion de l’islam sur le continent.

La seconde voie est celle des soufis venus d’Asie centrale. Le Dr. Anas nous informe qu’en particulier Mevlana est très connu sur le continent. Il nous explique également que les musulmans indiens, et surtout soufis, se rendent absolument à Konya quand ils viennent en Turquie. Selon lui, Mevlana peut constituer un pont important entre les deux pays. Le fait que Mevlana soit originaire de la région afghane Khorasan, très proche de l’Inde, doit sûrement être un facteur augmentant cette influence. Quand nous regardons sa vie, nous pouvons dire que Mevlana forme réellement un pont extra-historique s’étendant de l’Anatolie à cette région et dont les messages dépassent les époques. Il rallie les géographies, les pays et les personnes à chaque époque.

Quant à la troisième voie, c’est celle des administrations musulmanes. Les dirigeants musulmans d’origine turque commencent à être influents en Inde après les années 1000. Tout comme dans les pratiques ottomanes et andalouses, ils présentent une administration tolérante et respectueuse vis-à-vis des diversités. Ils vivent avec les traditions du sous-continent et la culture du peuple local.

Le sous-continent indien a été la terre de nombreux savants musulmans. Parmi ceux-ci se trouvent Ahmad Sirhindi (1564-1624), Shah Veliyullah Dehlevi (1602-1662) et l’écrivain Ebou’l Hassan (1914-1999).

Après l’occupation britannique, l’islam est de moins en moins visible en Inde. Il est presque oublié. Les politiques d’occupation mais aussi les efforts déployés par l’Inde, le Pakistan et le Bangladesh pour constituer leur propre nation et histoire nationale dans le processus menant à la fondation de leur Etat, sont influents dans cette perte de visibilité.

Avec plus de 200 millions de musulmans, l’Inde est le second pays ayant la plus forte population de musulmans après l’Indonésie. Du point de vue du sous-continent indien, le nombre de musulmans s’approche des 600 millions. Quant à l’Inde, il compte une population totale de 1,3 milliard d’habitants. Malheureusement la situation actuelle des musulmans d’Inde n’est pas réjouissante. Les pressions vis-à-vis des musulmans s’accroissent dans la région Assam.

 

Les sultanats d’origine turque qui ont duré 700 ans

Les sultans d’origine turque ont régné dans le sous-continent indien à partir des années 1000 jusqu’en 1857. Ces sultanats ont débuté avec les Ghaznévides. Un des sultanats les plus populaires est l’Empire moghol qui a vécu son âge d’or durant le règne du Shah Babur et de son fils Jahangir. Avec la défaite du dernier souverain Bahadur Shah face aux Britanniques en 1857, l’ère des sultanats a pris fin dans le sous-continent indien.

Les sultans ottomans et les sultans en Inde avaient des relations étroites. Quand la famille ottomane fut exilée, certaines princesses ottomanes se sont mariées avec des princes indiens.

 

Si les Britanniques avaient envahi plus tôt l’Inde ou si l’Amérique avait été découvert par les musulmans ?

Aujourd’hui, l’Inde compte 18 langues officielles, 22 Etats, et près de 400 langues et dialectes. Du point de vue des religions, langues, cultures et croyances, c’est le pays le plus coloré et le plus riche du monde. Les administrations musulmanes qui ont duré plusieurs siècles ont surement eu un grand effet dans la préservation de cette richesse, car ces administrations ont préféré percevoir ces cultures, langues et croyances locales comme leur propre civilisation, au lieu de les assimiler, tout comme l’ont fait les ottomans dans leur propre géographie et les arabes en Andalousie. C’est pourquoi, toutes les croyances, langues et cultures de cette région ont continué leur existence quand les dirigeants musulmans ont perdu leur pouvoir.  Malgré les administrations musulmanes qui ont duré de longues périodes, on ne parle pas le turc aux Balkans ni l’arabe en Andalousie, alors que l’anglais est une des langues officielles de l’Inde, du Pakistan et du Bangladesh. Quant aux Etats-Unis, ce ne sont pas seulement les langues, croyances et cultures des indigènes qui sont en voie de disparition, mais aussi les membres de cette communauté qui sont menacés d’extinction. Face à cette situation, on se pose naturellement cette question : Si les Britanniques étaient venus non pas dans les années 1800, mais dans les années 1400, quel en aurait été la conséquence ? Peut-être que l’Inde aurait été un pays où les cultures, langues et croyances locales auraient disparu et où la langue et la religion de « l’homme blanc » auraient été imposées comme aux Etats-Unis. Ou bien pensons à l’inverse : Si l’Amérique avait été découverte par les musulmans et non les occidentaux, quelle aurait été la situation des indigènes américains ? Est-ce que les cultures des Aztèques, Incas et Mayas ou autres, ainsi que leur croyance et langue auraient-elles disparu ? Ou bien est-ce qu’ils auraient été les dirigeants des Etats-Unis aujourd’hui ?

Après l’occupation britannique, ce n’est pas seulement la culture occidentale qui a été souveraine dans le sous-continent indien. La région a été divisée en trois (Inde, Pakistan et Bangladesh). Cette division est-elle la conséquence de la politique « diviser pour mieux régner » de l’impérialisme britannique, ou de la politique impuissante des musulmans coincés/oppressés ? Ceci est un sujet important à débattre. Si le continent était resté en un tout, il n’y aurait pas eu d’oppositions entre ces pays, et peut-être qu’il y aurait eu plus de sérénité et de stabilité dans cette région avec les musulmans qui constituent la majorité. Qui sait ?

 

La Guerre pour l’Indépendance et les musulmans indiens

Quand les Britanniques ont attaqué les terres ottomanes lors de la Première Guerre mondiale, les musulmans indiens ont vivement réagi. Eux-mêmes étaient sous occupation britannique. L’envahissement de l’Etat ottoman allait briser leur espoir, et l’occupation allait encore plus s’ancrer sur leurs propres terres. Pour aider l’Etat ottoman, ils ont lancé le mouvement Califat soutenu notamment par Jinnah et Gandhi. Ils ont fait de grandes manifestations. Les hauts responsables du mouvement se sont entretenus avec le Premier ministre britannique. En vue de soutenir la Guerre pour l’Indépendance, ils ont récolté de l’argent et l’ont envoyé en Turquie.

Nous avions commencé avec la globalisation, finissons ainsi. Alors que la globalisation rapproche encore plus le monde, nous ne devons pas oublier les géographies proches, le passé commun et les coopérations historiques. Ces liens doivent assurer le renforcement multilatéral de la Turquie et de l’Inde qui est un des pays éminent du 21e siècle.



SUR LE MEME SUJET