• VIDEOS

RDC: Frappés par la malnutrition, 770 000 enfants "menacés de mort" au Kasaï (Centre)

L'UNICEF a indiqué dans un rapport avoir dénombré pas moins de 770 000 enfants de cinq ans qui souffrent de malnutrition aiguë, dont 400 000 sont gravement "dénutris" et "menacés de mort" dans le centre de la République démocratique du Congo (RDC)

RDC: Frappés par la malnutrition, 770 000 enfants "menacés de mort" au Kasaï (Centre)

Le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) a indiqué vendredi dans un rapport avoir dénombré pas moins de 770 000 enfants de cinq ans qui souffrent de malnutrition aiguë, dont 400 000 sont gravement "dénutris" et "menacés de mort" dans le centre de la République démocratique du Congo (RDC).

Dans ce rapport consulté par Anadolu, le Fonds avertit que "si des mesures urgentes ne sont pas prises" pour renforcer la réponse humanitaire, le nombre de décès d’enfants "pourrait monter en flèche".

L’insécurité alimentaire au Kasaï a été aggravée par une forte baisse de la productivité des terres liée au déplacement des populations à cause des violences meurtrières enclenchées en Aout 2016 par les partisans et miliciens de Kamwina Nsapu,un chef traditionnel abattu par la police après s’être rebellé contre Kinshasa.

Pas moins de 5000 personnes ont été tuées dans ces violences d’après l’ONU, plus de 3 300 d’après l’influente Église catholique et mêmes un millier de morts, d’après le Gouvernement dont la riposte des forces de sécurité aux attaques des miliciens a été marquée par une répression aveugle et brutale, ont dénoncé des ONG.

Dans certaines régions, trois saisons de récolte ont été manquées. Lorsque des violences ont éclaté dans la région, des centaines de milliers de personnes se sont ruées vers des localités ou provinces stables. D’autres ont afflué vers l’Angola.

Selon l’UNICEF qui réclame 88 millions de dollars pour financer ses programmes en faveur des enfants du Kasaï cette année, plus de 200 centres de santé ont été pillés, brûlés ou détruits pendant le conflit, plus de 400 écoles ont été attaquées ou utilisées à des fins militaires et 100 écoles ont été détruites.

L’agence onusienne affirme que 60 % des miliciens de la région jadis havre de paix, sont des enfants.

 

AA



SUR LE MEME SUJET