Maroc : Le roi charge Saâdeddine El Othmani de former le gouvernement

La désignation, vendredi, par le roi marocain Mohammed VI de Saâdeddine El Othmani pour succéder à Abdelilah Benkirane à la tête du gouvernement aurait soulagé les militants du Parti Justice et Développement (PJD)

Maroc : Le roi charge Saâdeddine El Othmani de former le gouvernement

Le roi du Maroc, Mohammed VI, a chargé Saâdeddine El Othmani, président du Conseil national du parti de la Justice et du Développement (PJD), de former le gouvernement, succédant ainsi à Abdelilah Benkirane.

Le parti de la Justice et du Développement (PJD), était arrivé premier lors des élections des représentants de l'Assemblée parlementaire marocaine le 7 octobre et avait remporté 125 sièges.

Le ministère de la Maison royale, du Protocole et de la Chancellerie, a annoncé, dans un communiqué dont Anadolu a eu copie, que le Roi Mohammed VI, a reçu vendredi, au palais Royal à Casablanca, Saâdeddine El Othmani, que le «Souverain a nommé Chef du gouvernement, conformément à la Constitution et l’a chargé de former le nouveau gouvernement ».

D'autre part, la désignation, vendredi, par le roi marocain Mohammed VI de Saâdeddine El Othmani pour succéder à Abdelilah Benkirane à la tête du gouvernement aurait soulagé les militants du Parti Justice et Développement (PJD).

Le souverain a reçu au palais royal à Casablanca l’ancien secrétaire général du PJD, l’a nommé chef du gouvernement, conformément à la Constitution et l’a chargé de former le nouveau gouvernement, fait-on savoir dans un communiqué du ministère de la Maison royale, du Protocole et de la Chancellerie.

Cette nomination semble requérir l’anonymat au sein de la direction et chez les militants du PJD, a fait remarquer le membre de son secrétariat général, Abdelali Hamieddine, dans une déclaration à Anadolu.

« Il s’agit d’une personnalité respectable au sein du parti et dans les milieux politiques », a-t-il soutenu.

Le professeur de droit constitutionnel à l'Université Abdelmalek Essaâdi de Tanger s’attend, lui, à un apaisement au sein du parti de la lampe, après la tension qui a prévalu, suite au communiqué du cabinet royal.

Cette tension était née de la peur de la désignation d’une personnalité qui ne requiert pas l’anonymat des militants et qui pourrait déchirer en deux la direction du parti et, par conséquent, ses bases. « Je crois qu’il va y avoir un apaisement au sein du parti », a affirmé le professeur.

D’autres membres du secrétariat général et membres du conseil national du PJD se sont, quant à eux, abstenus de tout commentaire.

La désignation de Saâdeddine El Othmani au poste de Premier ministre intervient deux jours après l’exemption, par le roi, du désormais ancien chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane. 

 

AA



SUR LE MEME SUJET